L’espace public et ses dimensions

Quel est le secret de la rue parfaite ? Pourquoi veut-on flâner dans certaines rues et pourquoi évite-t’on d’autres rues? Comment se fait-il que certaines rues, pourtant encombrées par la circulation, soient vivantes ? Comment conçoit-on une rue où l’on a plaisir à se rendre ?

« The street is the river of life of the city, the place where we come together, the path-way to the center »

William H. Whyte, The social life of small urban spaces (1980)

Une rue exemplaire est une rue où l’équilibre règne entre la fonction de circulation et toutes les autres fonctions urbaines. Cet équilibre est fondamental. Une approche courante de l’aménagement propose souvent de décourager certains comportements nocifs à cet équilibre. La rue exemplaire, elle, propose plutôt d’encourager et de stimuler les comportements appropriées.

Manifeste

Comme pour les parcs et les squares, la rue est un espace public. La rue est l’espace qui appartient à tous. La rue est accessible à tous. La rue est utilisée tous les jours pour relier la maison, l’école, les magasins, les bureaux et les cafés. L’espace public est important pour deux raisons.

L’espace fonctionnel est l’espace où les activités urbaines prennent place. L’espace public est fait d’infrastructures, d’égouts, de lumières, de routes, de pistes cyclables, etc. Tous les trafics (y compris déchets, livraison, etc) se rencontrent sur l’espace public. Mais l’espace public assume une autre fonction toute aussi importante : il est aussi un espace social. Il s’agit de l’espace accessible et gratuit pour tous où la vie publique et les rencontres informelles se font. Il s’agit de l’espace où la ville prend sens.

Ces deux fonctions doivent être regardées avec harmonie. Toutes les villes disposent de lieux spécifiques: un parc, un marché, un boulevard chic, une jetée, etc. Alors que ces lieux constituent l’identité de la ville, c’est la rue qui définie l’atmosphère de la vie de tous les jours. C’est dans la rue que la vie survient car c’est dans la rue que la diversité, la simultanéité et la différence se manifestent.

Les techniques de l’aménagement et la gestion de la circulation semblent de plus en plus écartées des disciplines de l’espace (urbanisme, architecture, paysage) et du caractère qu’il rejette. Ces espaces doivent être manager. Sûr et propre sont les deux critères de qualité pour l’aménagement et la gestion de ces espaces. Tous les flux cohabitent sans se rencontrer. Ceux qui aménagent ces espaces ne semblent pas reconnaitre les qualités de la rue comme il se le devrait. A l’inverse, d’autres projets écartent purement et simplement les aspects liés aux usages et à la circulation des flux pour ne se concentrer que sur les aspects esthétiques. La qualité urbaine de ces espaces publics ne se résume souvent qu’à leurs caractères paisibles, en ôtant toutes formes de friction et de conflit. De ce point de vue, la voiture est indésirable et nécessairement diabolique. L’image rejetée par ces espaces conditionne les choix faits en termes d’aménagement.

La rue devrait être conçue d’un point de vue aussi bien fonctionnel qu’urbain. Une combinaison des deux points de vue ne se produit que rarement. Or la ville est trop complexe pour être aménagée selon une perspective disciplinaire unique.

Functional Ambiance

Une équipe néerlandaise (De Urbanisten, Hogeschool Rotterdam, Gemeente Rotterdam, Gemeente Utrecht, Goudappel Coffeng et Stimuleringsfond creative industrie) propose un outil de travail permettant d’harmoniser les enjeux, de créer un langage commun, d’associer les aspects fonctionnels et urbains, de soulever la participation publique et de soumettre des solutions en termes d’aménagement. Cet outil s’appelle (en anglais) « Functional Ambiance ».

10 projets de requalification de rue ont été sélectionné à travers l’Europe pour leurs exemplarités. Ces rues ont été analysées avant et après intervention sur différents critères liés à l’aspect physique de la rue, aux activités observées et au comportement des usagers. 8 conditions sont ressorties de cette analyse. 4 de ces conditions concernent les domaines de la circulation. Les 4 autres concernent les domaines de l’urbain. Les 8 conditions sont identiquement importantes. Chaque rue exige, cependant, son propre équilibre et sa propre « Functional Ambiance ».

Les 8 conditions

Les 8 conditions ont été définies d’une façon théorique mais permettent implicitement d’aboutir sur un aménagement physique. Elles supportent une ambition partagée pour un aménagement répondant des différents disciplines de la circulation et de l’urbain.

Symbolisme (URBAIN)

Symbolisme

Symboliek-01

Le symbolisme est la manifestation du caractère spécifique de la rue. Une rue symbolique est une rue que les gens identifient facilement. Certaines rues ont une valeur symbolique forte; d’autres sont perçues comme génériques. Une rue symbolique est une rue qui attire et crée les conditions de la rencontre.

Réseau (CIRCULATION)

Net

net-01L’intensité de la relation entre la rue et son environnement est définie par le réseau. Le rôle de la rue dans le cadre plus large de son environnent contribue largement à sa fréquentation. Certaines rues constituent la colonne vertébrale d’une ville; d’autres ne permettent que la desserte locale. L’importance de la rue dans son lien au réseau a un impact important quant aux opportunités laissées pour la rénovation de l’espace.

Flow (CIRCULATION)

Flow

doorstromen-01Le flow représente l’importance de la circulation d’usagers _ avec ou sans véhicule _ se déplaçant dans une direction longitudinale à la rue. Certaines rues sont des rues dites “traversantes”; d’autres le sont moins, ou du moins privilégient une plus grande hétérogénéité des mouvements. L’intensité du flow définie le caractère plus ou moins multifonctionnel de la rue.

Sillonnement (CIRCULATION)

Criss cross 3

kris-kras-01Le sillonement définie l’importance de la circulation d’usagers _ avec ou sans véhicule _ se déplaçant dans une direction transversale à la rue. Certaines rues, comme les rues commerçantes, privilégient les mouvements d’une côté à l’autre de la rue, d’une vitrine à une autre. La possibilité de traverser la rue “à l’aveugle” caractérise un espace partagé  par tous les usagers de la rue.

Tissage (CIRCULATION)

Weaving 2

verwerven-01Le tissage définie le degré d’entrelacement, de rencontre et de friction dans la rue. Dans certaines rues, on appréciera de séparer physiquement les fonctions de circulation des fonctions urbaines; d’autres rue bénéficient d’un espace de rencontre. Le tissage définie non seulement la richesse et la diversité des fonctions en place dans la rue mais aussi le degré de coexistence de ces fonctions dans un cadre temporaire.

Zoning (URBAIN)

Zoning 7

zonering-01Le zoning définie la mesure dans laquelle les fonctions et activités prenant place dans la rue disposent d’emplacements dédiés. Le zoning détermine s’il existe un emplacement dédié pour chacune des fonctions et activités ou si ces fonctions et activités se déploient aléatoirement dans l’espace. Le zoning raconte de l’emprise des pouvoirs publics sur la construction de l’espace.

Frontyard (URBAIN)

Frontyard

frontyard-01Le frontyard définie l’interaction entre la rue et le bâti adjacent. Certaines rues offrent une interaction forte entre le public et le privé, comme quand une terrasse de café est installée; dans d’autres rues la relation dedans-dehors est plus froide. Le frontyard détermine la capacité et le succès d’un espace à jouer le rôle d’interface entre l’intime et le public.

Regroupement (URBAIN)

Clustering

clusteren-01Le regroupement définie la mesure dans laquelle la rencontre est possible. Certains espaces permettent voir suscitent la rencontre, comme un plan d’eau ou une statue. Le regroupement conditionne la mesure dans laquelle la rue est conçue pour la position stationnaire ou pour le mouvement.

 

Méthode de travail

Pour chacune des 8 conditions, une note, représentant un degré, doit être donnée pour 3 situations: la situation actuelle, la situation désirée et la situation après intervention (à valeur d’évaluation). Ces notes ne sont pas absolues: elles se révèlent dans la différence entre l’avant et l’après intervention.

Ce type de graphe est utilisé pour illustrer les différentes situations (avant, désirée, après). Cette image révèle l’aspiration collective pour un aménagement consenti. Elle illustre les qualités de la rue devant être maintenues, réduites ou améliorées.

Cette méthode de travail a deux atouts:

Participation publique

La plus-value de « Functional Ambiance » est de porter les acteurs engagés au delà de la réponse émotionnelle alors qu’il s’agit de changer ce que chacun pourra voir à travers sa fenêtre. Cette méthode de travail propose aux acteurs engagés de réfléchir plutôt que de simplement réagir ou choisir. Techniquement, l’outil peut être mis en place lors d’un atelier réunissant, par exemple, les habitants de la rue, les associations locales, le boulanger de la rue et les pouvoirs publics; les notes peuvent être pondérées; la comparaison des 3 graphes pourra relancer la conversation; un aménageur pourra proposer une traduction physique des résultats chiffrés.

L’aménagement répond de fonctions

Tout aménageur est conscient que la forme urbaine influence le comportement des usagers de la rue. « Functional Ambiance » met l’aménagement à la portée de tous et apporte une réponse efficace aux fonctions existantes et désirée pour un espace. « Functional Ambiance » est l’outil du changement physique reposant sur les bases solides définis par ou pour ceux qui font l’espace.

« If you plan for cars and traffic, you get cars and traffic. If you plan for people and places, you get people and places. »

William H. Whyte, The social life of small urban spaces (1980)

Rue 2

Advertisements

2 thoughts on “L’espace public et ses dimensions

  1. Bonjour,
    Cet outil de travail me semble particulièrement intéressant et notamment du fait qu’il fait échos à une mission à laquelle j’ai participé, à savoir l’élaboration d’un schéma directeur des espaces publics et des déplacements pour la communauté de communes “Plaine Commune” (dans le 93 en Île de France). Il s’agissait d’élaborer un outil de travail pour la définition d’éléments de programmation sur les espaces publics en fonction des enjeux environnementaux et de mobilité s’y apposant. A ce propos, je trouve que le croisement entre ambiances et fonctions est particulièrement bien traité dans la méthodologie présentée mais que en revanche les autres enjeux de l’espace urbain comme le paysage, la biodiversité, la gestion de l’eau, le micro-climat etc. sont négligés, or ils sollicitent aujourd’hui de plus en plus l’espace public dans le projet urbain et pose également la question d’un équilibre à trouver entre fonctions et ambiances urbaines (non limitées à la qualité de vie et aux activités humaines mais élargies aussi à la qualité de l’environnement).

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s